Galibier

Besoin de vélo

Cyclisme et entraînement

OGM

Publié dans cyclisme



Vincennes

Aujourd'hui il n'est plus possible de faire l'autruche.
Après avoir détourné les yeux pour ne pas voir la catastrophe écologique qui s'annonce, accepté des discours lénifiants, qui finalement nous arrangeaient tous, un autre problème (parmi beaucoup d'autres) pointe son nez : Les OGM .

Dans la rubrique précédente, j'évoquais l'alimentation. Indépendamment de ma pratique sportive, c'est un sujet qui m'intéresse.
Simplement parce que je crois que nous sommes ce que nous ingérons (ainsi que l'air que nous respirons, bien entendu).
Nos capacités physiques et intellectuelles en dépendent très largement.

Si notre nourriture est médiocre, à terme nous en subirons les conséquences. Il en va de même, dans nos relations humaines.
Côtoyer volontairement des personnes médiocres, ne peut à notre tour que nous rendre médiocres.
Sachons donc bien nous entourer…

Concernant les OGM, nous serions je pense, bien mal inspiré de considérer cela comme un "détail" négligeable.
Il s'agit à mon avis d'un problème de santé publique pour lequel il convient de se mobiliser sans plus attendre.

Une variété de maïs produit par ''Monsanto'', récemment autorisé à la culture en europe, et que l'on trouve actuellement sur les rayons de nos supermarchés, dans des produits aussi banal que les huiles, sauces, céréales…, suscite quelques inquiétudes.
Deux expérimentations distinctes ont été menées sur des souris, l'une en Italie, l'autre en Allemagne.
Pour les groupes concernés, nourris avec ce maïs pendant 90 jours, les résultats concluent sans équivoque, à une altération prématurée de nombreux organes (le foie, les reins, le pancréas), les testicules, ainsi qu'une modification de la numération sanguine.
Sans pouvoir parler pour le moment d'une toxicité avérée, car le délai d'évaluation était trop court, le bon sens le plus élémentaire devrait incité pour le moins à la prudence.
Malgré cela, notre ministère de l'Agriculture, en toute connaissance de ces études, a autorisé la mise sur le marché de ce maïs.
Les allégations et les tests fournis par la société Monsanto lui semblant conformes et satisfaisants.
Se pose alors un problème extrèmement grave : Comment, et surtout pourquoi des fonctionnaires de l'état, en charge de la santé dans l'alimentation de millions de gens, peuvent-ils agir de la sorte?
Certes ces aliments ne font pas mourir dans l'immédiat, mais quand sera-t-il dans les prochaines années?
Personnes n'en sait strictement rien, puisqu'aucune recherche n'est menée, et lorsque c'est le cas, les groupes comme Monsanto font en sorte que les tests soit stoppés ou minorés.
Alors qui va se porter garant? Vu comme c'est parti, je crains qu'il ne faille compter que sur nous mêmes.

Si vous nourriciez encore quelques doutes à ce sujet, je vous encourage à visionner le documentaire que Canal Plus avait diffusé le 15-11-05 :

Encore visible pour le moment sur ce lien:
http://reopen911.online.fr/Anti-OGM/?p=6


Je constate que le document n'est plus disponible sur Vidéo Google, ni sur dailymotion .



Consultez également la liste des industriels qui incorpore allègrement des OGM dans notre alimentation, vous verrez l'ampleur du problème, alors que nous n'avons, je le répète, aucune évaluation des problèmes que pourraient poser ces produits, tant sur l'environnement, que sur la santé humaine.

Evidemment, la question que l'on se pose immédiatement : " Qu'est-ce que je peux faire si mes "petits LU" et mon "Spécial K" sont bourrés d'OGM… Si 80% des céréales qui en contiennent, sont destinées aux animaux d'élevage?"… Polluant ainsi toute la chaîne alimentaire.
Le lait, la viande, les œufs… partout on en retrouve des traces. Sans compter les bébés qui dès leur naissance sont soumis au "régime OGM". Quasiment tous les laits, bouillies, petits pôts en contiennent…

Les industriels sont-ils "malveillants" ou simplement "ignorants"? Après tout si les organismes publics, chargés de la santé, déclarent les OGM "bon pour le service", pourquoi devraient-ils eux, se soucier d'autre chose? Ils sont parfaitement en règle avec les directives officielles.

Que faire? Eh bien déjà adresser aux industriels des courriers, des mails, des faxes… toujours avec courtoisie, leur demandant sans relache de vous informer sur le sujet, ou pourquoi n'ont-ils pas répondus à vos questions, ou si depuis une vague réponse laconique qu'ils vous ont accordée, leur approche a-t-elle changée… N'oubliez pas que 70% des français ne souhaitent pas consommer d'OGM.
Et pourtant c'est bien se qui se passe à votre insu.
Informez Nestlé ou Danone par exemple, que vous ne pourrez désormais plus leur confier la santé de votre famille. Les industriels ont horreur des vagues. Ce n'est pas bon pour les bénéfices. Carrefour par exemple, l'a parfaitement anticipé et commence à proposer sous sa marque des produits prenant en considération l'inquiétude (justifiée) des consommateurs. Peu importe si l'éthique profonde de Carrefour est réellement conforme à cette démarche. Ce qui compte c'est que les industriels, sous notre pression, n'aient pas d'autre alternative.

Les produits estampillés "Bio" n'utilisent pas d'OGM dans leurs filières.
Lorsque cela est possible, optez pour cette solution, "généralement" plus respectueuse de la santé et de l'environnement.


--------------------
Direction Générale de la Concurence, de la consommation et de la Répression des Fraudes
--------------------

Egalement à lire, un article consacré à ce sujet dans le Monde paru le 13 mars 2007 :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3244,36-882385@51-852781,0.html

Autre article publié sur le site Univers Nature le 28 mars 2007 :
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=2580

 

A écouter sur rue89 :

http://www.rue89.com/2008/03/22/ogm-autoroutes-aeroports-lesprit-du-grenelle-contrarie

 

Mais surtout l'exceptionnel documentaire de Marie-Monique Robin sur Monsanto :

http://www.dailymotion.com/video/x4da65_le-monde-selon-monsanto-arte-mardi_politics

 

 

 

04:05 - 1/01/2012


Page précédente Page suivante
Description
Après pas mal d'années de VTT, je suis passé depuis 2003 au cyclisme sur route. Même s'il s'agit toujours de faire du vélo, l'approche en est assez différente. Je vais essayer de vous faire partager mon expérience et donner ainsi quelques pistes pratiques à ceux qui débutent dans ce sport. J'ai 62 ans et roule pour le plaisir. A+. GR.



Accueil
Qui suis-je ?
Tous les articles