Galibier

Besoin de vélo

Cyclisme et entraînement

Maltodextrine - Maltodextrines

Publié dans cyclisme




U
ne maltodextrine est le résultat de l'hydrolyse partielle d'un amidon (blé, maïs) ou d'une fécule (pomme de terre).
Elle est constituée de différents sucres (glucose, maltose, maltotriose, saccharides supérieurs) directement issus de cette réaction, dans des proportions qui dépendent du degré de l'hydrolyse.
Ce degré est mesuré par « dextrose équivalent », ou D.E.
Le dextrose étant du D-glucose, c’est le résultat d'une hydrolyse totale de l’amidon.
Plus le D.E. est élevé, plus l'hydrolyse est poussée, et donc plus la proportion en sucres simples (à chaîne courte) composant la maltodextrine est élevée.
Un D.E. de zéro représente l’amidon lui-même. Un D.E. de 100 représente du dextrose pur, soit un amidon totalement transformé.
La limite du D.E. pour une maltodextrine est de 20. Au-delà, le produit obtenu a pour appellation légale sirop de glucose.

Dextrose équivalent (DE)
En fonction de leur degré d'hydrolyse, les maltodextrines reçoivent un indice DE (inversion anglo-saxonne) qui représente l’Équivalent Dextrose (ou grade).

Le Dextrose Equivalent (DE) est égal au pourcentage de glucose complètement libéré à partir de l’amidon. C’est lui qui permet de classer les sirops :

Les sirops à bas DE (DE entre 0 et 20) ne contiennent pas ou peu de glucose pur. Le glucose est donc essentiellement sous forme de chaîne d’amidon. Le sirop est épais. Le goût est peu sucré.

Les sirops à DE intermédiaires (DE entre 20 et 95) contiennent de plus en plus de glucose pur et le sirop est de moins en moins épais.

Dans les sirops à fort DE (DE = 100), 100 % du glucose est libre.
On parle aussi de dextrose, l’autre nom du glucose, ou de D-glucose. Le glucose existe aussi bien sous forme de sirop liquide que sous forme de poudre.

Les grades généralement les plus utilisés se situent dans la fourchette de 6 à 19. Les maltodextrines sont des molécules constituées d'un enchaînement plus ou moins long de molécules de glucose que l'organisme mettra plus ou moins de temps à scinder pour en extraire le glucose.
L'index glycémique sera différent selon le grade de la maltodextrine.


Index glycémique (IG)

Très longtemps les glucides simples ont été catalogués sucres rapides et les glucides complexes sucres lents. On a cru qu'il suffisait de séparer les simples, des complexes pour établir une hiérarchie. Mais dans la pratique ça ne marche pas.
Le pain blanc ou la purée de pomme de terre ont beau être des glucides complexes, ils agissent en sucres rapides.

Il en va de même pour les pâtes ou le riz  selon le mode et le degré de cuisson… A l'inverse, le fructose par exemple, sucre simple, se comporte en sucre lent…
Pour mettre un terme à ce paradoxe, des chercheurs anglais ont donc mis au point il y a une vingtaine d'années, un protocole permettant une évaluation plus précise : L'index glycémique.


Grosso modo le protocole est le suivant: Une personne absorbe un produit X.
On observe la réponse insulinique qui va engendrer une courbe et délimiter une surface. On la compare ensuite à la surface générée par la courbe d'un autre test avec une ingestion de glucose (arbitrairement, on attribue au glucose une valeur de 100). La différence des surfaces délimitées par les courbes donne l'index.  

On considère généralement les valeurs d'index inférieur à 55 comme faible, et au-dessus comme élevé.

Concrètement, très peu de fabricants ont testé l'index glycémique (Overstim's le fait en interne) des boissons constituées de maltodextrines qu'ils commercialisent . Ce qui est très ennuyeux, car selon les grades utilisés, on obtient des produits sensiblement différents. Avec des temps d'assimilation allant théoriquement du simple au double…


En résumé, qu'est-ce qu'on peut dire (ou supposer)…:

Qu'un délai de 30 mn à 2 heures (selon les sources) serait nécessaire à l'oxydation de ce type de glucides en fonction des grades utilisés.
Que le grade 2, par exemple, très proche de l'amidon, est vraisemblablement un "sucre lent"… Que le délai de passage dans le sang s'effectuera donc plus ou moins rapidement selon le grade de maltodextrine choisit par le fabricant. Que ce dernier pourra éventuellement combiner différents grades entre eux selon les effets recherchés… Et que finalement on ne dispose pas vraiment d'informations fiables et validées… Il ne faut donc pas s'étonner si des tas de rumeurs circulent sur les maltodextrines…

Pour ma part j'ai procédé à un test chez moi: Absorber à jeun en moins de 10 minutes 1 bidon de 500 ml de boisson contenant 40g de maltodextrine PunchPower (soit une concentration de 80g/litre). Au terme de cette "expérience", je n'ai constaté aucune sensation d'hypoglycémie réactionnelle. Ce qui m'encourage à penser que ma glycémie n'a pas été affectée et que l'IG de cette boisson est plutôt faible…

 

En raison des imprécisions concernant l'index glycérique des maltodextrines, je vous conseille de procéder comme moi à ce petit test à jeun. Si après avoir terminé votre bidon vous ne ressentez rien de particulier, vos sensations sont normales…Tout va bien…
Si au contraire vous avez la tête qui tourne, les jambes qui flageolent… C'est que l'IG de votre malto est très élevé et que l'absorption massive de ce glucide a déclenché, suite au pic d'insuline, une hypoglycémie réactionnelle. Eviter d'en consommer en dehors d'une activité sportive (notamment comme recharge glucidique). Eventuellement changé de produit…

 

Il reste que dans la pratique ce type d'apport glucidique semble assez bien fonctionner. Je suggère de privilégier les maltodextrines pour les longues distances. Compte tenu de leur assimilation supposée "lente", je conseille de commencer à les utiliser dès l'entame du parcours.
 

A lire également sur le blog d'Isabelle Mishler


Osmolarité
Paramètre évaluant le transport de l'eau et d'autres nutriments au travers de la membrane cellulaire.
La vidange gastrique est ralentie pour les liquides à trop forte valeur énergétique. Un liquide hypertonique, type jus de fruit ou boisson très sucrée accroît la déshydratation en provoquant un transfert d'eau des cellules vers le tube digestif. Il est donc déconseillé de prendre une boisson hypertonique avant et pendant l'effort si l'on souhaite une hydratation rapide et efficace. Une boisson isotonique présente la même pression osmotique que le sang et agit plus vite sans charger l'estomac. Elle quittera l'estomac aussi vite que l'eau mais sera absorbée plus vite au niveau de l'intestin.

Si on compare les maltodextrines à d'autres types de glucides, elles permettent de baisser l'osmolarité d'une boisson pour une même concentration. Ce qui signifie, qu'il est possible, lorsque les circonstances le réclament, avec les maltodextrines, d'ingérer de plus grandes quantités de glucides, tout en conservant une excellente vidange gastrique.

L'osmolarité dépend bien sûr de la quantité de maltodextrine utilisée, mais même en cas de "surdosage", on reste plutôt hypotonique au plasma sanguin et cela ne provoque généralement pas de troubles digestifs.

--------------------
Hypertonique : Solution qui a une osmolarité plus élevée que le sang. Ceci signifie un passage lent des substances nutritives de l'estomac vers le petit intestin.

Hypotonique : Solution qui a une osmolarité inférieure au sang. Ceci signifie que plus une solution est hypotonique, plus elle transite rapidement de l'estomac vers le petit intestin où l'absorption de l'énergie se produit.

Isotonique : Solution qui a la même osmolarité que le sang.
--------------------

Ne pas confondre maltose (disaccharide) et maltodextrine (oligosaccharide) qui sont 2 produits distincts.





04:08 - 1/01/2012


Page précédente Page suivante
Description
Après pas mal d'années de VTT, je suis passé depuis 2003 au cyclisme sur route. Même s'il s'agit toujours de faire du vélo, l'approche en est assez différente. Je vais essayer de vous faire partager mon expérience et donner ainsi quelques pistes pratiques à ceux qui débutent dans ce sport. J'ai 62 ans et roule pour le plaisir. A+. GR.



Accueil
Qui suis-je ?
Tous les articles