Galibier

Besoin de vélo

Cyclisme et entraînement

Route ou home trainer

Publié dans cyclisme

 

 

Arthur à l'entrainement

Arthur s'entraine pour la chasse aux souris…

 

Même si le geste et le fait que le travail accompli est toujours conditionné par l'intensité et la durée de la séance, le home trainer ne peut se substituer complètement aux sorties sur routes.

Par contre lorsqu'il s'agit d'effectuer certains exercices d'intensité très précis, avec des paramètres stables et reproductibles, le HT s'avère très efficace.

Le home trainer est particulièrement adapté durant l'hiver, où le froid, la pluie, voir la neige ne permettent pas toujours de rouler dans de bonnes conditions. Egalement pour palier le manque de temps…

Dans ces circonstances, le home trainer peut compenser, voir remplacer certaines sorties sur route. Cela permet de travailler la gestuelle et les coordinations musculaires afin de préparer au mieux l'adaptation à la nouvelle saison (ou de préserver les acquits…). Il est tout à fait possible d'y travailler toutes les composantes habituelles d'une sortie (endurance, force, vélocité, seuil…).

Si on considère que le home trainer n'est qu'un outil de remplacement visant à l'adaptation musculaire, il n'est vraiment pas nécessaire d'y passer des heures. En effet, l'adaptation se fait davantage sur la répétition des exercices que sur la durée. Toujours la qualité avant la quantité.

Sur home trainer, il s'agit d'un "poste fixe". Il n'y a pas de déplacement d'air, la sudation est extrêmement élevée, les pertes minérales sont très importantes (brancher un ventilateur et s'hydrater copieusement avec une boisson énergétique est particulièrement recommandé).
L'effort est continu. On travaille à 100% du temps… Ce qui équivaut quasiment au double d'une séance sur route.
De plus, le corps ne participant pas à l'équilibre habituel sur le vélo, il y a davantage de contraintes musculaires et articulaires. Attention aux tendinites si les exercices sont mal calibrés…

 

Pour ces multiples raisons, il convient d'organiser ses séances afin qu'elles ne dépassent pas 1 heure.
Immanquablement, avec le temps survient la lassitude et l'ennui liés aux conditions de cette pratique si elle se prolonge. La fatigue apparaît, le geste se détériore… et à terme, si vous en abusez (du home trainer), vous risquez tout simplement d'entamer prématurément vos capacités en vue des beaux jours à venir. Mais gardez quand même à l'esprit que l'utilisation du home trainer n'est pas seulement saisonnière, c'est un véritable outil d'entraînement qui sert tout au long de l'année.

Comme sur route, on s'accorde entre les séances des temps de récupération suffisants pour permettre à l'organisme de reconstituer ses réserves. C'est avec le repos que se fixe les acquits. Comme sur route, à chaque séance, on varie la nature des exercices .

Sur home trainer, en raison du manque de refroidissement lié au déplacement, la température corporelle est sensiblement plus élevée que sur route. Les pulsations cardiaques ne peuvent donc pas servir de repères pour déterminer l'intensité de l'effort (elles sont généralement plus élevées). Pour cela, il faut donc vous fiez en premier lieu à vos sensations et aussi tenir compte de la durée d'exercice qui conditionne grandement la dérive cardiaque. Par contre, la fréquence cardiaque reste valide en ce qui concerne la réalité de la dépense énergétique.

 


PS. Si on ne dispose pas d'un "gros" budget, le matériel le plus adapté me semble le home trainer à résistance.

 


-------------------------

 

 

L'avis de Fred Grappe sur le home trainer :

Je lui ai posé la question d'évoquer (en termes généraux) le home trainer comme possibilité complémentaire à l'entraînement…

Voici la réponse qu'il m'a adressé:

''Le home-trainer est devenu aujourd’hui un outil indispensable pour l’entraînement du coureur surtout pour celui qui souhaite s’entraîner rationnellement au plus haut niveau. Il n’est plus concevable de faire une programmation d’entraînement sans inclure des séances spécifiques de home-trainer.

Mais, pour bien travailler il ne faut pas posséder n’importe quel HT. Il faut un HT qui permette un pédalage correct, proche de celui du terrain, qui permet de simuler au mieux l’énergie cinétique de translation qu’il y a sur le terrain. C’est cela le plus important sur un HT.

Ensuite, il y a toutes les options plus ou moins importantes en fonction de ce que le coureur souhaite faire. Il faut savoir que aucun HT ne donne des valeurs de puissance valides. Elles peuvent être reproductibles, ce qui est intéressant pour faire des comparaisons. L’exercice sur HT est plus difficile que celui réalisé en général sur le terrain car la position sur le vélo est relativement stable, elle ne permet pas de se mettre en danseuse pour pouvoir se décontracter et les tensions musculaires sont permanentes lors de chaque cycle de pédalage.

Ainsi, 1h de HT correspond à 2 h d’exercice sur le plat au niveau charge de travail. Mais, l’effort le plus proche est certainement celui de la montagne car il est de type soutenu, en prise constante. Généralement, les coureurs qui font des séances de HT régulièrement améliorent leurs aptitudes en montagne et de rouleur sur le plat. Les durées de travail intéressantes sont entre 30 min et 1h. On peut aller jusqu’à 2h mais il faut trouver des thématiques dans la séance afin que la lassitude ne prenne pas le devant sur la qualité du travail.

On peut travailler toutes les qualités physiques sur HT (force max, tolérance aux lactates, force sous max, travail au seuil, PMA, vélocité etc.). L’avantage c’est que le coureur ne perd pas de temps, il n’a pas à s’occuper des conditions atmosphériques, du parcours à réaliser etc. Les réponses de la fréquence cardiaque sont différentes comparé à l’exercice réalisé à l’extérieur car la température corporelle est plus importante. Ainsi, pour une intensité d’exercice donnée la FC a tendance à être plus élevée.

En réalité, il faut prendre en considération la durée de l’exercice. Pour une même intensité de travail, la FC sera par exemple plus élevée à la 45ème min comparé à la 15ème min. Pour une même intensité d’exercice on observe ainsi plus de dérives cardiaques c'est-à-dire, des augmentations continues, progressives plus ou moins importantes de la FC (qui est dépendante de l’intensité). Il ne faut donc pas travailler sur HT en regardant les valeurs instantanées de FC pour réguler l’intensité du travail.

La perception de l’effort associée à la puissance développée sont les meilleurs outils d’entraînement.

Pour finir, si les charges de travail sont bien calibrées il n’y a aucune raison de provoquer des problèmes articulaires et tendineux. Pour des informations plus précises, vous pouvez télécharger sur mon site certains articles de Vélo Magazine qui traitent du sujet''.

Cordialement

Fred Grappe
www.fredericgrappe.com


----------


Voilà, je vous souhaite bonne route… ou bon home trainer selon les options du moment…

A+/GR.

 

04:22 - 1/01/2012


Page précédente Page suivante
Description
Après pas mal d'années de VTT, je suis passé depuis 2003 au cyclisme sur route. Même s'il s'agit toujours de faire du vélo, l'approche en est assez différente. Je vais essayer de vous faire partager mon expérience et donner ainsi quelques pistes pratiques à ceux qui débutent dans ce sport. J'ai 62 ans et roule pour le plaisir. A+. GR.



Accueil
Qui suis-je ?
Tous les articles